Jésus et son archaïsme.

C’est le moment d’en finir avec la bible. Ce document est rendu trop vieux, il n’a plus sa place dans le monde moderne. Il faudrait croire les histoires dans la bible pour être sauvé. Mais de quoi?

Ne trouvez-vous pas que la bible et ses prophéties sont plus archaïques que jamais. À quoi bon y croire encore aujourd’hui? À quoi peut-elle bien nous servir?  À bien y penser, la bible est une œuvre de fiction sans but, écrite par une multitudes d’auteurs n’ayant aucun lien entre eux. On s’y perd facilement et notre attachement aux personnages est tout aussi distant que le nombre d’années qui nous séparent de l’action.

Sérieusement, que faut-il croire?  Et pouvons nous nous détacher de ces archaïsmes?

Ce qui défini principalement les actions de Dieu, quand on y pense, c’est la préservation génétique de sa Création. Du moins jusqu’à l’arrivée de Jésus.

Puis Dieu dit: Que la terre produise de la verdure, de l’herbe portant de la semence, des arbres fruitiers donnant du fruit selon leur espèce et ayant en eux leur semence sur la terre. Et cela fut ainsi.

La terre produisit de la verdure, de l’herbe portant de la semence selon son espèce, et des arbres donnant du fruit et ayant en eux leur semence selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon.

Dieu créa les grands poissons et tous les animaux vivants qui se meuvent, et que les eaux produisirent en abondance selon leur espèce; il créa aussi tout oiseau ailé selon son espèce. Dieu vit que cela était bon.

Dieu dit: Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles et des animaux terrestres, selon leur espèce. Et cela fut ainsi. Dieu fit les animaux de la terre selon leur espèce, le bétail selon son espèce, et tous les reptiles de la terre selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon.

Genèse 1, 11-25

Continue reading “Jésus et son archaïsme.”