Libââârté!

Libââârté!

27 août 2020 0 By Dom Bél4nd

Un troupeau de chevaux dans une vaste plaine, le chef du troupeau se mets à galoper par ici, par là, comme s’il était possédé d’un esprit sauvage, et puis tout le reste du troupeau se mets à le suivre dans un grand élan de pouvoir et de liberté–Nietzsche en a déjà parlé.

J’ai vu moi-même plusieurs choses semblables: j’étais à une grande chute d’eau, un endroit où plusieurs oiseaux et animaux s’y recueillaient.  À travers tous les cycles de l’histoire, cette endroit persiste, et les oiseaux qui ont été témoins des triomphes et des déclin des civilisation humaines y reviennent, conservant avec eux la mémoire des âges.

Lorsque la température changeait un tout petit peu, j’ai vu un petit groupe d’oiseaux se mettre à voler.  Cette chute était tellement grosse que le moindre vent causait de la bruine partout.  Le soleil se dévoilait derrière les nuages, et faisait apparaitre plusieurs arc-en-ciels.  Les oiseaux tout excités sortirent des crevasses et se mirent à danser dans les airs comme de jolis acrobates, performant une danse divine à travers la bruine et les arc-en-ciels.  Tout comme dans les chant de L’Iliade, autour des courants du Caystre, des bandes d’oies sauvages, de grues  ou de cygne au long cou, s’abattaient dans les prairies d’Asius, qui retentissaient de leurs cris, et voltigeaient ça et là. Ces oiseaux voyageurs s’enorgueillissaient de leurs ailes, dans la plaines du Scamandre.

En quoi tout cela consiste à la survie ou la reproduction?  Sûrement un pédant peut en faire une théorie, mais quand vous êtes témoin de ce comportement, le tout ne semble pas si étranger.  Peut-être dans vos moments les plus heureux avez-vous ressenti cette liberté et l’avez exprimé dans un élan créatif.  En quoi tout ceci est en lien avec la survie ou la reproduction:  cette lourde nécessité de la chair, l’antithèse de cette liberté.  Trop étroite est cette insignifiante vue de la vie.

En réalité, la vie en liberté, c’est celle qui connait la luxure, le surplus, le gaspillage.  La survie et la reproduction est un effet secondaire de quelque chose d’autre…

 

Les animaux les plus nobles refusent de se reproduire lorsqu’ils sont en captivité.  Plusieurs animaux, pas juste les humains, choisissent la mort lorsqu’il sont piégé.  “Mais je croyais que la vie cherchait simplement à survivre et se reproduire, ce n’est pas assez?”.  Si ce n’est pas assez, il faut comprendre l’animal d’une autre façon.  Souvent, lorsque les penseurs parlent de  “psychologie évolutionnistes” ils ne font pas la distinction entre la manière de la levure, de l’animal ou de l’humain.  C’est complètement retardé.


Adaptation de Bronze Age Mindset